La révolution industrielle et agricole a donné une nouvelle impulsion au mouvement coopératif. Le mutualisme est né dans le bouillonnement intellectuel, économique et social du 19e siècle. Dans le domaine financier, il a constitué une réponse originale aux besoins d'investissement et de solidarité. Il s'est naturellement épanoui dans la banque, l'assurance et la protection sociale.

Le Crédit Mutuel, quant à lui, voit le jour en Rhénanie sous l'impulsion de Frédéric-Guillaume Raiffeisen qui, pour lutter contre l'usure, crée en 1849 une société de secours aux agriculteurs de Flammersfeld. Cette première initiative ne répond cependant pas à tous les espoirs de son créateur. Certes, elle permet de lutter contre la misère rurale mais elle ne fait pas, pour autant, émerger de réelle communauté d'intérêt entre prêteurs et emprunteurs. Si les opérations se font à des taux d'intérêt respectueux des emprunteurs, le système de gouvernance ne permet cependant pas de répondre à l'idéal de Raiffeisen : renforcer la cohésion des communautés locales et offrir à tous la possibilité d'y participer.

C'est cette déception qui l'amènera à créer des caisses de Crédit Mutuel, fondées à la fois sur la responsabilité solidaire de tous les sociétaires et sur la détention d'un pouvoir strictement identique pour chacun d'entre eux : qu'il soit prêteur ou emprunteur, détenteur d'un patrimoine ou paysan pauvre, chaque sociétaire dispose d'une voix, peut se faire élire comme administrateur de la caisse et se trouve placé sur un strict pied d'égalité et de responsabilité avec tous ses confrères. Afin d'éviter toute forme de concurrence interne qui pourrait mettre son projet en péril, il impose également que chaque caisse ait une circonscription géographique déterminée. De la même façon, l'engagement désintéressé des administrateurs, est le gage de leur dévouement pour la collectivité.

Cette fois, le succès est au rendez-vous. Le « modèle Raiffeisen » dépasse les frontières, en 1882, avec la création de la caisse de La Wantzenau, dans les environs de Strasbourg (une première tentative à La Petite-Pierre avait échoué quelques années auparavant).

Déjà, les fondements du Crédit Mutuel sont posés :

  • des crédits accordés uniquement aux sociétaires ;
  • la responsabilité solidaire des sociétaires ;
  • une organisation qui se veut démocratique (une personne = une voix) ;
  • la libre adhésion ;
  • le bénévolat des administrateurs ;
  • des circonscriptions géographiques limitées ;
  • l'excédent financier n'est pas distribué ;
  • les réserves sont impartageables.

En 1901, les Caisses sont assimilées aux associations à but non lucratif ; une fédération les unit au début du 20e siècle. Par la loi du 10 septembre 1947, elles sont régies par le statut de la coopération. Ce n'est que le 16 octobre 1958 qu'une ordonnance consacre enfin l'organisation du Crédit Mutuel. Le statut des caisses y est alors défini, tout comme celui de la Confédération à laquelle les fédérations régionales adhèrent dès 1959.

Aujourd'hui, le groupe Crédit Mutuel compte 2 064 caisses de Crédit Mutuel, 19 fédérations et 5 caisses fédérales, qui couvrent l'ensemble des régions françaises et sont affiliées à la Confédération Nationale du Crédit Mutuel. En 1984, la Confédération se voit reconnaître, par la loi, la qualité d'organe central, responsable de la stabilité systémique du réseau du Crédit Mutuel, de l'unité du groupe et de son bon fonctionnement.

Dates clés de Crédit Mutuel Alliance Fédérale

  • 1849
    Le Crédit Mutuel voit le jour en Rhénanie sous l'impulsion de Frédéric-Guillaume Raiffeisen. Pour lutter contre l'usure, ce dernier monte une société de secours aux agriculteurs de Flammersfeld. Il crée ensuite des Caisses de Crédit Mutuel, fondées sur la responsabilité solidaire des sociétaires et sur la détention d'un pouvoir identique : qu'il soit prêteur ou emprunteur, chaque sociétaire dispose d'une voix.
  • 1882
    Le « modèle Raiffeisen » dépasse les frontières, avec la création de la Caisse de La Wantzenau, dans les environs de Strasbourg.
  • 1947
    Par la loi du 10 septembre 1947, les Caisses sont régies par le statut de la coopération.
  • 1958
    L'ordonnance du 16 octobre consacre l'organisation du Crédit Mutuel. Le statut des Caisses y est défini, tout comme celui de la Confédération à laquelle les fédérations régionales adhèrent dès 1959.
  • 1984
    La Confédération Nationale du Crédit Mutuel se voit reconnaître, par la loi, la qualité d'organe central, responsable de la stabilité systémique dur réseau du Crédit Mutuel, de l'unité du groupe et de son bon fonctionnement.
  • 1993
    Les Fédérations de Crédit Mutuel Centre Est Europe et Sud-Est constituent une Caisse Fédérale Commune, première brique de ce qu'est devenu aujourd'hui Crédit Mutuel Alliance Fédérale.
  • 1998
    Le CIC est racheté par la Banque Fédérative du Crédit Mutuel (BFCM).
  • 2002-2012
    La Caisse Fédérale est rejointe par les Fédérations Ile-de France (2002), Savoie-Mont Blanc (2006), Midi-Atlantique (2009). En 2011, les Fédérations Loire-Atlantique et Centre-Ouest, Centre, Normandie, Dauphiné-Vivarais et Méditerranéen les rejoignent pour constituer CM10, qui devient CM11 en 2012 dès l'arrivée de la Fédération d'Anjou.
  • 2018
    En fin d'année, le nom de CM11 disparait : le terme de « Crédit Mutuel Alliance Fédérale » désigne désormais l'ensemble formé par les 11 fédérations de Crédit Mutuel, la banque Fédérative du Crédit Mutuel (BFCM) et ses filiales.
  • 2020
    Le 1er janvier, Crédit Mutuel Alliance Fédérale accueille les fédérations Antilles-Guyane et Massif-Central.
  • 2020
    Crédit Mutuel Alliance Fédérale devient, en octobre, la première banque « entreprise à mission ».
  • 2020
    En décembre, Crédit Mutuel Alliance Fédérale renforce son plan stratégique 2019 / 2023 pour être encore plus près de ses sociétaires et clients.